14-01-2019

Les signes d’un ralentissement synchronisé de l’économie mondiale se multiplient

En fin d’année 2018, la croissance économique mondiale a continué à ralentir. Aux États-Unis, les commandes de biens d’équipement ont cessé d’augmenter au quatrième trimestre. Guy Wagner et son équipe livrent leur analyse mensuelle, les « Highlights ».

La dissipation progressive de l’effet des mesures de stimulation budgétaire risque de peser sur la dynamique de croissance de la première économie mondiale au cours de cette année. « Dans la zone euro, l’indicateur d’activité dans le secteur manufacturier s’est maintenu en décembre tout juste au-dessus du niveau d’expansion de 50, loin des niveaux synonymes de croissance robuste affichés début 2018. »

 

Le cycle de resserrement monétaire de la Réserve fédérale pourrait entrer dans sa phase finale

Conformément aux attentes, la Réserve fédérale américaine a continué à resserrer sa politique monétaire lors de sa dernière réunion de l’année 2018, augmentant la fourchette cible du taux des fonds fédéraux de 25 points de base.

Bien que le Comité monétaire maintienne son opinion sur la bonne santé de l'économie américaine avec des gains d’emplois solides et des dépenses de consommation fortes, ses membres ont revu à la baisse leurs projections du nombre de relèvements des taux à 2 au lieu de 3 pour l’année 2019.

Guy Wagner suggère que « le cycle de resserrement monétaire de la Réserve fédérale entamé en décembre 2015 pourrait entrer dans sa phase finale ». En Europe, le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne n'a pas modifié sa politique monétaire lors de sa dernière réunion en décembre.

 

Une détente supplémentaire des rendements des obligations d’Etat

La baisse des prix pétroliers, les signes de ralentissement de la conjoncture mondiale et la chute des marchés boursiers ont entraîné une détente supplémentaire des rendements des obligations d’Etat en décembre. Ainsi, le rendement du bon du Trésor américain à 10 ans a reculé. « En raison des perspectives de ralentissement économique, les rendements des obligations d’Etat pourraient continuer à se détendre aux États-Unis. »

Dans la zone euro, l’accord budgétaire entre le gouvernement italien et la Commission européenne a conduit à une baisse des taux obligataires italiens. Les rendements des obligations d’Etat ont également reculé en Allemagne et en Espagne. En France, ils ont par contre remonté. « En raison du faible niveau actuel, le potentiel de réduction supplémentaire des taux obligataires dans la zone euro paraît limité. »

 

Le S&P 500 a enregistré son plus mauvais mois de décembre depuis 1931

Alors que le mois de décembre constitue généralement une période boursière plutôt favorable, les marchés actions ont considérablement corrigé à la fin de l’année. Aux États-Unis, l’indice phare S&P 500 a enregistré son plus mauvais mois de décembre depuis 1931. Les bourses européennes et émergentes ont également subi des baisses importantes, bien qu’inférieures à celle du marché américain.

 En savoir plus sur notre approche d'investissement